Fiche technique : La pose d’une moulinette de haut de voie

Daniel Valadoux VM77 initiateur FSGT, SAE, SNE, SNE grandes voies.

En falaise-école, les voies ne font le plus souvent qu’une longueur de corde (couenne), soit au plus une trentaine de mètres.

Le relais est alors de type « sommital » et est prévu pour la redescente en moulinette quel qu’en soit le type. Certains sont identiques à ceux rencontrés en SAE (deux mousquetons opposition), les autres se présentent comme suit :

Les plus récents sont souvent constitués :

  1. De deux ancrages (broches le plus souvent ou plaquettes) dont l’un est placé plus haut que l’autre,
  2. d’une chaîne les reliant par l’intermédiaire de
  3. deux maillons rapides, pour l’un, placé dans l’ancrage du haut, pour l’autre relié à l’ancrage par
  4. une « tête de bélier » (comme ici) ou des mousquetons permettant la mise en place d’une moulinette sans avoir à se désencorder.

A noter que la « tête de bélier » n’autorise pas un travail en moulinette mais uniquement la redescente, car en absence de tension, la corde peut s’échapper du dispositif.

Parfois la tête de bélier est remplacée par un mousqueton à verrouillage (à vis) en inox. Même si dans ce cas, un travail en moulinette est permis, il convient en cas de travail répété de mettre en place la moulinette sur un second mousqueton « personnel » afin de limiter l’usure du premier. Le mousqueton « personnel » est récupéré en fin de séance de travail.

Certains plus anciens, ne comportent pas ce dispositif, mais :

  1. Un ou deux anneaux au milieu de la chaîne,
  2. les deux maillons rapides reliant
  3. les deux demi-chaînes
  4. aux ancrages qui peuvent être constitués de broches ou plaquettes.

Dans ce cas ou pour le cas où le mousqueton à verrouillage serait indesserrable, deux méthodes de mise en place de la moulinette sont utilisées selon qu’on peut passer deux brins de la corde dans le dispositif ou un seul.

1ère méthode

Dans le cas général des nouveaux équipements, il est possible de passer deux brins en même temps, la technique à utiliser comporte alors 4 phases décrites ci-dessous.

A savoir que cette méthode n’autorise qu’une descente en moulinette, nullement le travail d’un pas.

  1. Se vacher (longe). Prendre la corde sous l’encordement et faire une ganse.
  2. passer la ganse dans l’anneau (inférieur s’il y en a deux).
  3. Faire un noeud de huit ou une queue de vache et la fixer au pontet avec un mousqueton à vis.
  4. Se désencorder et passer le brin libre dans l’anneau et le lover sur la corde.

Nota 1 : Lors de la phase 1, il est préférable de se vacher avec sa longe (plutôt qu’une dégaine) sur un des deux ancrages afin de laisser libre le dispositif devant recevoir la moulinette.

Nota 2 : A l’issue de la phase 3, le grimpeur doit demander « sec » afin de vérifier avec la mise en tension de la corde d’assurage, la bonne réalisation de sa manœuvre avant de passer à la phase 4. De même, à l’issue de la phase 4, un « sec » permet de valider la prise en charge par le dispositif avant de se dévacher.

A la suite d’accidents survenus en compétition (absence de ces vérifications), la FFME a conseillé à l’issue de la phase 4 d’ajouter une phase 5 : Se réencorder sur le baudrier avec le brin libéré (au lieu de le lover sur la corde). Il est à noter que si cette 5 ème phase fait débat, la FFME ne l’a pas reprise dans son l’édition 2018 de son mémento Escalade !

2ème méthode

Fait exceptionnel à présent (ou dans certains cas de réchappe), s’il arrive qu’on ne puisse passer qu’un seul brin dans le dispositif, la procédure à suivre est la suivante :

1. Se vacher avec sa longe dans un des 2 ancrages du relais s’ils sont à la même hauteur ou sinon sur le plus bas de sorte à laisser libre le dispositif devant recevoir la moulinette.

2. Demander suffisamment de mou (au moins 1,5 mètres pour réaliser une queue de vache et

3. amarrer la corde sur le relais ou mieux, au pontet du baudrier au moyen d’un mousqueton à verrouillage, ceci constituant à la fois une sécurisation de la corde et une redondance du vachage par les dégaines et l’assureur.

4. Se désencorder et passer le brin ainsi libéré dans le dispositif.

5. Se réencorder normalement.

6. Désamarrer la corde de dessus le relais ou le pontet et demander à être pris « sec » de sorte à vérifier que la vache devient inutile et que l’assurage passe bien par la moulinette.

7. Lorsqu’on le grimpeur à vérifié qu’il est bien pris en charge par la moulinette (la vache n’est plus sous tension), il se dévache et demande « descente ».

A noter que puisqu’il est réencordé au baudrier, cette méthode permet au grimpeur de retravailler un pas.

Schémas d’illustrations : Petzl.

Télécharger le dossier technique au format pdf (509KB).